X

Olivier Durand utilise Guitar Pro rock / france


Certains ont une guitare chevillée au corps, comme d’autres ont un marteau, un crayon, un fer à souder. Olivier Durand fait partie de ces artisans de la musique qui, tout au long d’une carrière, ont eu à cœur de peaufiner un travail de création, sachant être suffisamment présent pour rendre ses arabesques musicales indispensables et suffisamment en retrait pour laisser s’épanouir la puissance du groupe.

À 20 ans à peine, après avoir participé à différentes expériences de groupes, il croise la route de Grand Petit Homme aka Little Bob. C’est aux côtés du plus grand des rockers français, qu’Olivier sillonne les scènes pendant 9 ans. Avec Bob, il compose de nombreux titres pour les albums Lost Territories (enregistré à Los Angeles) et Blue Stories, album dont la chanson « Sheila and Willy » figure au générique du film « Le Havre » d'Aki Kaurismäki. Là, il rencontre un tas de musiciens - Kenny Margolis (ex-Mink De Ville, the Smithereen, Cracker), JJ Holiday (Imperial Crowns, Blues Brothers), Serge Teyssot-Gay, Denis Barthe (Noir Désir) et Jipé Nataf (les Innocents) entre autres. Autant de connections qui enrichiront son parcours.
C’est en participant à l’aventure de Flag (trio composé d’Erik Houllemare, ex-City Kids et de Florent Barbier ex-Roadrunners), qu’il rencontre Jérôme Soligny, musicien journaliste havrais et c’est grâce à ce dernier qu’il croise le chemin d’Elliott Muphy. Nous sommes en 1996. Ce dernier est à la recherche d’un guitariste. Il eut été dommage de se priver d’une nouvelle aventure aux côtés du compositeur américain dont il deviendra le compagnon privilégié. Avec lui, il enregistre plus de 20 albums, et pas seulement en tant que musicien, mais également en tant qu’auteur et compositeur. Avec Elliott Murphy, le rythme des tournées est effréné (plus d’une centaine de concerts par an) et les kilomètres au compteur ne se comptent plus : l’Europe est sillonnée en long et en large, sans oublier une traditionnelle escale à New York.
Jamais rassasié et toujours en quête de sensations nouvelles, Olivier fonde en 2010 The Normandy All Stars en compagnie du batteur Alan Fatras (ex-Scamps et Moon Martin) et du bassiste Laurent Pardo (ex-Kid Pharaon et Fata Morgana). Le trio deviendra le backing band d’Elliott Murphy. En 2013, The Normandy All Stars enregistre son premier album intitulé « Forty Five ». 11 chansons écrites et composées par Olivier Durand, enregistrées au studio Rec'n'roll de Bruxelles. L’album est produit par Charles De Schutter (M, Kyo, Superbus).

Quand il ne joue pas avec l’un ou avec l’autre, Olivier Durand joue encore. Il participe à l’enregistrement de « Sencilla Alégria » avec Luz Casal (Piensa en mi), compose avec cette dernière les chansons « Regale » (Vida Toxica) ou « Maravillas » (Almas Gemellas), accompagne à la guitare Shivaree (Goodnight Moon) pour des télés et des radios, réalise des parties de guitares pour le compositeur Philippe Morino pour différentes créations artistiques, et notamment pour les musiques de film « Papa » de Maurice Barthelémy ou « La Ligne Blanche » d’Olivier Torrès. Il travaille également sur des jingles pour Canal+ avec Florent Barbier et Stéphane Saunier.

Aujourd'hui, toujours en tournée avec Elliott Murphy et le Normandy All Stars, il est également co-fondateur de Deadmen, trio instrumental guitare/batterie/vidéo avec Jean-François Thieulen (Dickybird, Grand Final), et Samuel Tiennot (Éléphant Rouge). Il collabore aussi avec le danseur Christophe Ly en vue d'une prochaine création, et continue d'écrire et co-écrire des chansons avec, entre autres, Scott Kempner (the Dictators, the Del Lords), ou le suédois Basse Wickman.

Acoustique, électrique, rageuse ou mélancolique, la six cordes est le sixième sens de cet artiste hors normes, gourmand, insatiable et généreux.

Pourquoi j'aime Guitar Pro ?
J'utilise Guitar Pro depuis 2 ans afin de permettre à mes élèves d'avoir un relevé "papier" de ce que nous avons effectivement travaillé en cours. Mais ce n'est pas un simple relevé papier, car les différentes fonctionnalités de Guitar Pro peuvent leurs permettre d'entendre le morceau appris, le jouer avec play back, le ralentir, l'accélérer, distinguer l'orchestration, être capable de repérer sa rythmique grâce à la partie de batterie, la ligne de basse.
S'ils n'ont pas le logiciel, j'exporte une version PDF ou wav.

J'utilise une pattern batterie pour faire comprendre ce qu'est une mesure, où se place la hi-hat, la grosse caisse et la caisse claire, ce qui leur donne des repères pour comprendre leur travail rythmique. On peut alors se permettre pleins de petits jeux rythmiques.

Pour le repiquage de morceau, de riff, de solo, le fait de pouvoir tester, d'écouter l'écriture rythmique, est une excellente façon d'appréhender le solfège rythmique de façon ludique.

Guitar Pro peut aussi être un excellent outil de composition, une autre façon de faire les bases de ses démos...

En trente années d'enseignement je n'ai trouvé aucun outil aussi complet, aussi performant et ludique que Guitar Pro.


Suivre Olivier Durand

Top